109

Affranchis-toi, oiseau chantonnant   Loin des cages et des envieux  Vole au-dessus des nombrils   Et sème l’amour et la fraternité  Cours aussi vite que le temps  Aux antipodes de la meute Parseme de roses et d’épines ton temple Et libère le chant des lucioles  

Brise les chaînes de l’égoïsme  Ivre des lendemains utopiques  Valide les hymnes libérateurs des innombrables destins  Qui maudissent une part du ciel et ces environs   Tisse un lien de sang nouveau  et ne retiens pas tes larmes  A travers les barreaux, porte ta voix  Sang neuf de l’autre coté des rideaux  Tend les mains et les jambes, prends  l’envol  

Titubant des fois devant la pesanteur de la liberté Tombant comme des fois les héros   Vacillant, ivre de jouvence  Las des quartiers engorgés  Immolant le désespoir sous la mer   Et naissant d’un cri Les raisons d’espérer   

NEMT

Laisser un commentaire




meslectures14 |
je m'en vais vers l'arbre v... |
Ecrits d'OBI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Contes de Brocéliande et d'...
| Graine D'Auteur
| Suzanne PATRICK